Le Royaume-Uni vote en faveur du Brexit

« Brexit » voté, éclatement du Royaume-Uni et de l’UE ?

Les Britanniques se sont prononcés pour une sortie de l’Union européenne (UE), après dépouillement des bulletins dans les 382 centres de vote. Aux premières heures de la matinée, le « Brexit » réunissait 51,8 % des voix. La participation au scrutin a été forte, avec 72,2 %, selon le chiffre officiel. La sortie des Britanniques de l’UE entraîne un vertigineux plongeon dans l’inconnu pour leur économie, qui risque de pâtir d’un choc d’incertitudes avec une croissance ralentie et un chômage en hausse. Réaction immédiate de panique. La devise britannique est tombée à son plus bas niveau depuis septembre 1985. Autre signe d’un mouvement de panique sur les marchés financiers, la Bourse de Tokyo plongeait de plus de 6 % en fin de séance et les cours du pétrole cédaient près de 6 %. Mais c’est aussi sur le plan politique que les conséquences pourraient être immenses. La victoire du camp du « out » est un coup de massue pour le premier ministre David Cameron, qui a engagé sa légitimité dans le référendum et fait campagne en faveur du maintien dans l’Union, tout en laissant certains membres de son gouvernement libres de prendre le parti inverse.

Le Royaume-Uni se dirige-t-il vers l’éclatement ? La première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, a prévenu vendredi que l’Ecosse voyait « son avenir au sein de l’UE », après le vote des Britanniques. Quant au Sinn Féin, l’ancienne vitrine politique de l’Armée républicaine irlandaise (IRA), il a appelé à un référendum sur une Irlande unifiée. Le Parti républicain a souligné que le référendum sur l’UE avait des « conséquences énormes sur la nature de l’Etat britannique », sachant que l’Ecosse et l’Irlande du Nord ont voté pour un maintien au sein de l’UE. Et pour l’UE ? Le député d’extrême droite néerlandais Geert Wilders a déjà réclamé un référendum sur une éventuelle sortie des Pays-Bas de l’UE. « Victoire de la liberté ! Comme je le demande depuis des années, il faut maintenant le même référendum en France et dans les pays de l’UE », a de son côté écrit la leader française de l’extrême droite, Marine Le Pen. Les tendances sécessionnistes à l’œuvre depuis plusieurs années dans certains pays vont-elles donc s’accentuer ? L’UE doit réagir… mais dans quel sens ? Vers l’Europe politique ? François Hollande plaide en ce sens. « Il va falloir engager une relance de la construction européenne mais pas une relance de plus, pas un plan de plus », avait déclaré hier le président français. Il a plaidé pour une Europe en mesure d’« assurer d’abord sa protection, sa sécurité, sa défense » et la surveillance de ses frontières « pour ne pas avoir à revivre ce que nous avons connu par rapport à la question des réfugiés ».

Sources:

http://abonnes.lemonde.fr/referendum-sur-le-brexit/article/2016/06/24/brexit-vote-eclatement-du-royaume-uni-et-de-l-ue_4957046_4872498.html

PHOTO: CHRISTOPHER FURLONG/GETTY IMAGES